Visite officielle de M. Manuel Valls, Premier ministre, en Serbie les 6 et 7 novembre 2014

Le Premier ministre Manuel Valls a effectué une visite officielle en Serbie les 6 et 7 novembre, accompagné de M. Harlem Désir, Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, et de M. Alain Richard, sénateur, Représentant spécial de la France dans les Balkans.
M. Valls a eu des entretiens avec les plus hautes autorités de l’Etat. Il a été reçu en audience par le Président de la République, M. Tomislav Nikolic, et s’est entretenu à plusieurs reprises avec le Premier ministre, Aleksandar Vucic, qui l’a souvent accompagné tout au long de sa visite. A cette occasion, le Premier ministre a assuré ses interlocuteurs de l’attachement profond de la France au lien d’amitié avec la Serbie (« Nous aimons la Serbie comme elle nous a aimé ») et de son soutien pour l’accompagner dans toutes les étapes devant l’amener jusqu’à l’adhésion.

Cérémonie d’accueil au Palais de Serbie

Entretien avec le Premier Ministre serbe, M. Aleksandar Vucic

Conférence de presse conjointe

« La France continuera, comme elle l’a fait depuis le début, à vous soutenir dans ce processus d’adhésion, a-t-il déclaré lors de la conférence de presse commune avec M. Vucic. C’est aussi pour cela que nous souhaitons que l’élan de l’ouverture des négociations soit préservé, et que l’Union européenne et la Serbie puissent ouvrir ensemble dès cette année un nouveau chapitre de négociations. Je sais la difficulté et le coût des réformes dans lesquelles la Serbie s’est courageusement engagée. Que les Serbes ne s’y trompent pas : ces efforts, qu’il s’agisse de la modernisation de l’économie, de la lutte contre la corruption ou du courageux dialogue entrepris avec le Kosovo, s’ils sont demandés par l’Europe, c’est d’abord pour eux-mêmes que les Serbes les font. Et c’est aussi pour son propre avenir que la Serbie devra s’attaquer à d’autres chantiers tout aussi exigeants tels que le renforcement de la liberté de la presse, l’indépendance de la justice … ».

Dans une interview publiée dans Politika le 6 novembre, le Premier ministre a aussi déclaré : « Nous voulons que la Serbie, dès lors qu’elle fait des efforts, puisse sans attendre en voir les résultats. Nous soutiendrons activement l’ouverture d’un chapitre avec la Serbie en 2014, qui pourrait être le chapitre sur le contrôle financier. Vous le savez néanmoins : aucun Etat membre ne décide seul et la décision devra être prise, au sein de l’Union, à l’unanimité. Nous travaillerons à obtenir ce consensus. Plusieurs Etats membres attachent une importance particulière au rythme de la normalisation des relations avec le Kosovo. Dans ce domaine, la Serbie a beaucoup fait et la France en est pleinement consciente. Nous savons aussi que le dialogue avec le Kosovo souffre aujourd’hui de la situation politique à Pristina. La Serbie peut et doit continuer d’avancer. Elle aidera ainsi à convaincre ceux des Etats membres de l’Union qui doivent encore l’être. Je suis optimiste ».

Le Premier ministre a souligné la nécessité de rehausser les relations économiques entre les deux pays à la hauteur des relations politiques. Il était accompagné d’une forte délégation d’entreprises, qui ont rencontré leurs homologues serbes dans le cadre d’un "forum d’affaires" devant lequel sont intervenus les deux Premiers Ministres. M. Valls a constaté que la France n’est que le 10ème investisseur en Serbie et a souhaité que davantage d’entreprises françaises participent à l’effort de redressement et de modernisation économique entrepris par le gouvernement serbe. Il a relevé le signal encourageant que constituent les réformes entreprises dans le cadre de l’agenda européen, la mise en place d’un nouveau fonctionnement de la vie économique.
Plusieurs accords ont été signés, qui concernent de diverses façons la coopération économique : une déclaration d’intention relative au projet de métro de Belgrade, un arrangement administratif pour la coopération dans le domaine des transports et des infrastructures, un accord de coopération dans le domaine des partenariats public-privé, un accord de sécurité sociale, une lettre d’intention entre la compagnie Schneider et l’entreprise EPS (Electricité de Serbie), un mémorandum entre la compagnie Vinci Aéroport et le ministère des transports au sujet de l’aéroport de Belgrade.

Signature de six accords

Lors d’une réception avec la communauté française à l’ambassade de France, le Premier Ministre a salué le rôle décisif joué par les Français expatriés pour porter les valeurs et le savoir-faire de la France et participer à son rayonnement notamment économique. Il a aussi rendu hommage au rôle actif joué par les associations, l’Ecole française et les entreprises qui se sont mobilisées pendant et après les inondations pour apporter une aide humanitaire rapide.

Le 7 novembre, M. Valls a été reçu par le Maire de Belgrade auquel il a remis une copie du décret par lequel la Ville de Belgrade a été faite « Chevalier de la Légion d’Honneur » en 1921, avec le motif suivant : « l’une des premières et des plus illustres victimes de la Grande Guerre, dont la population, malgré les bombardements et l’occupation ennemie, n’a cessé de faire preuve d’une bravoure sans défaillance ».

Entretien avec le Président de la République de Serbie, M. Tomislav Nikolic

Rencontre avec le Maire de Belgrade, M. Sinisa Mali, signature du livre d’or

M. Valls a ensuite participé avec son homologue serbe – qui était accompagné de plusieurs ministres et du Maire de Belgrade- à une cérémonie au « Monument de reconnaissance à la France » situé dans le parc de Kalemegdan, et qui est le symbole même de la tradition d’amitié entre les deux pays. Il a annoncé une participation française à la restauration de ce monument. Rendant hommage au passé de la fraternité d’armes entre nos deux pays durant la Première Guerre mondiale, le Premier ministre a souhaité aussi tourner cette cérémonie vers l’avenir, à travers le nouvel horizon européen de notre partenariat. Outre les deux hymnes nationaux, il a tenu à ce que l’ « Ode à la Joie » y soit également interprétée et il a rendu hommage aux militaires serbes engagés dans des opérations extérieures de l’UE (opération Atalante, République centrafricaine).

Cérémonie au monument d’Hommage à la France dans le parc de Kalemegdan

Il s’est adressé aussi à la jeunesse du pays à l’occasion d’une rencontre avec des étudiants dans le grand amphithéâtre du rectorat de l’Université de Belgrade. Il a notamment déclaré :

« … je pense que vous avez, vous, jeunes de Serbie, une mission. Je sais que la plupart d’entre vous croient en l’avenir européen de la Serbie. Mais je sais aussi vos doutes. Il y a des doutes que vous partagez, malheureusement, avec d’autres jeunesses européennes et qui tiennent au poids du chômage des jeunes, à l’expérience brutale de la crise, qui alimentent un certain scepticisme à l’égard de la politique et de ceux qui la font.
Et puis il y a des doutes qui tiennent à l’histoire de votre pays et de la région, au souvenir encore très présent des guerres qui ont déchiré la Yougoslavie. Ces plaies n’ont pas fini de cicatriser, il suffit de voir ce qui se passe, parfois encore, dans les stades pendant les matchs de football. Personne n’est dupe. Ceux qui sont à l’origine de ces incidents n’ont qu’un seul objectif à l’esprit : faire échouer le rapprochement entre les peuples de Balkans en rouvrant des plaies. Nous aussi, en France, curieuse coïncidence, nous avons été confrontés à des provocations de cette nature, aussi sidérantes que blessantes. Ne vous laissez pas voler votre destin, car il vous appartient. Prenez de la hauteur et placez-vous hors d’atteinte de ces médiocres intentions.
J’en reviens donc à la mission qui est la vôtre. Celle d’être les éclaireurs de votre pays sur la voie de l’Europe. Le message que je suis venu vous délivrer aujourd’hui c’est que vous pouvez croire en vous-mêmes comme votre pays croit en vous. Chaque pays doit investir pour sa jeunesse, l’encourager, l’aider à débuter dans la vie, car la jeunesse, c’est simplement l’avenir d’un pays. Et vous avez donc une grande responsabilité : vous êtes les bâtisseurs de la Serbie et de l’Europe de demain ».

Dernière étape de son séjour en Serbie, le Premier Ministre a tenu à se rendre à Obrenovac, l’une des villes serbes les plus touchées par les terribles inondations de mai dernier. M. Valls a rendu hommage au courage des habitants et réitéré le message de solidarité de la France, qui s’est concrétisé par l’envoi de sauveteurs, le lancement de la conférence des donateurs suite à la demande du président Nikolic, et un don de 1 million d’euros pour la reconstruction. M. Valls a enfin inauguré le projet de reconstruction de maisons sur place réalisé grâce à une partie de ce don, qui sera également utilisé pour la restauration du réseau d’évacuation des eaux pluviales et celle du réseau de télécommunications.

Visite à Obrenovac

Intervention du Premier Ministre, M. Manuel Valls, prononcée lors de la conférence de presse du 6 novembre 2014 à Belgrade

PDF - 295.2 ko

Allocution du Premier Ministre, M. Manuel Valls, prononcée à l’occasion de la cérémonie au monument d’Hommage à la France à Belgrade le 7 novembre 2014

(seul le prononcé fait foi)

PDF - 275.3 ko

Discours du Premier Ministre, M. Manuel Valls, adressé à la jeunesse serbe au Rectorat de l’Université de Belgrade le 7 novembre 2014

PDF - 544.1 ko

Découvrez en plus sur le site internet du gouvernement français

Dernière modification : 14/11/2014

Haut de page