Interview de l’Ambassadeur de France au quotidien Vecernje Novosoti (23/02/2010)

L’Ambassadeur de France, M. Jean-François Terral a accordé une interview au quotidien serbe Vecernje Novosoti, à l’occasion de laquelle il revient sur les relations franco-serbes.

Visite SARKOZY
- Lors de l’entretien entre nos deux Présidents le 27 mai, le Président Sarkozy a bien annoncé son intention de se rendre en visite à Belgrade. J’y étais, je peux en témoigner. Quand viendra-t-il ? Je n’en sais rien. C’est une question de disponibilité dans un agenda qui est très chargé : les affaires du monde sont compliquées et nous avons en France des élections régionales importantes en mars. Mais il viendra, et je suis le premier intéressé à voir cette visite se concrétiser le plus tôt possible.

Accord de partenariat stratégique
- Le texte de l’accord de partenariat stratégique est prêt. Cet accord vise à donner une forme solennelle à un engagement politique fort, celui de coopérer dans toute une série de domaine : soutien à l’intégration européenne de la Serbie, coopération sur les questions économiques, énergétiques et d’environnement, dans le domaine de la défense, coopération universitaire scientifique et culturelle, relations dans le domaine de la sécurité.
- De portée très générale, notre accord a vocation à être complété, partout où cela nous semble nécessaire, par des accords sectoriels. C’est ainsi que nous avons déjà conclu un accord sur la sécurité intérieure lors de la visite à Paris du Ministre Dacic et un accord Djelic/Besson sur la mobilité des jeunes. De même nous travaillons à un accord en matière de défense, secteur où note coopération se développe bien : nous voulons tout particulièrement reprendre la tradition d’accueil à Saint Cyr d’Officier serbes, tradition dont le roi Pierre Premier de Serbie est l’exemple le plus illustre.

Suivi mission MEDEF
- En matière de relations économiques, particulièrement d’investissements, les progrès s’inscrivent dans la durée, mais déjà, les choses bougent, et dans le bon sens. Nous voyons revenir les entreprises françaises, qui viennent prospecter le marché et reprendre des contacts. Il y a en particulier quelques projets important, mais il est imprudent d’en parler avant la conclusion.
- Je relève quand même l’intention d’AXA, qui est la plus grande compagnie d’assurance en Europe, d’installer son quartier général pour la région à Belgrade. Surtout, deux mesures importantes ont été prises qui devraient favoriser la venue des entreprises françaises : d’abord la reprise de financements publics, sur fonds budgétaires, avec le FASEP pour les études de projet (2 opérations déjà lancées), avec aussi financement d’un important contrat de haute technologie pour la fourniture par la société ASTRIUM de données satellitaires à l’Institut Géodesique serbe. Ensuite la décision de l’OCDE - à laquelle nous avons beaucoup travaillé dans l’esprit de notre accord de partenariat - qui améliore le ’’rating’’ de la Serbie pour les crédits à l’exportation. C’est un signal auquel les entreprises sont toujours sensibles.
- Mais ce qui est essentiel, et qui constitue un outil précieux pour le développement des relations économiques, c’est le lancement, en octobre dernier, de la Chambre de Commerce Franco-Serbe, qui regroupe déjà quelques 70 opérateurs.
- Le renforcement de cette dynamique sera au coeur de la prochaine visite de Madame IDRAC, notre Secrétaire d’Etat chargé des relations économiques extérieures, les 23 et 24 février.

Candidature de la Serbie à l’UE
- La France estime que la place de la Serbie est dans l’Union Européenne, comme le Président Sarkozy l’a déclaré très nettement au Président Tadic, lors de la rencontre de l’Elysée. Nous soutiendrons donc la candidature déposée par la Serbie en décembre dernier, comme nous avons soutenu le dégel de l’accord intérimaire et la suppression des visas de court séjour.
- La prochaine étape sera constituée par la transmission par le Conseil de la candidature serbe à la Commission. C’est un acte que nous estimons être essentiellement technique, qui vise à recueillir l’avis de la Commission sur la demande de la Serbie : nous estimons qu’il peut intervenir sans délai et nous espérons qu’un consensus puisse se dégager au plus tôt à ce sujet au sein du Conseil.

Avis de la CIJ/Kosovo
- La France a reconnu l’indépendance du Kosovo, comme l’ont fait 22 des Etats membres de l’Union Européenne. C’est une situation irréversible et que chacun doit regarder en face.
- Une fois rendu l’avis consultatif de la CIJ, et quel que soit son sens, il faudra travailler à apaiser et à normaliser les relations entre la Serbie et le Kosovo, avec pour but final, l’adhésion de tous les pays de la région à l’Union Européenne et le développement de relations harmonieuses entre tous ces pays.

Relations Serbie-Croatie
- La Serbie et la Croatie sont deux pays importants, dont l’entente est essentielle à la stabilité et au développement de la région. Il leur faut surmonter les difficultés qui viennent du passé. Le maintien de ces plaintes mutuelles devant la CIJ fait partie de ce passé. Il ne devrait pas être très difficile de régler cette question en retirent simultanément les deux plaintes . Il me semble que les dirigeants, des deux côtés, en ont la volonté.

Dernière modification : 04/03/2010

Haut de page