Enseigner l’histoire à partir des faits [sr]

Du 3 au 6 octobre 2016, le Mémorial de la Shoah (Paris) organise un séminaire de formation de professeurs d’histoire dans les lycées sur la mémoire de la Shoah et des crimes de masse commis dans les Balkans lors de la Seconde guerre mondiale. Cet évènement est organisé en coopération avec les ministères de l’Education de Serbie, de Croatie, de Bosnie-Herzégovine et d’ARYM, ainsi qu’avec l’appui financier du Ministère allemand des affaires étrangères.

JPEG

Le lancement du séminaire s’est déroulé en présence de M. Bruno Boyer, directeur des relations internationales du Mémorial de la Shoah, de Mme Gordana Predic, Secrétaire d’Etat au ministère serbe de l’Education, de la Science et du Développement technologique, de Mme Christine Moro, Ambassadeur de France en Serbie, de Mme Sabine Brendel, conseillère à l’Ambassade d’Allemagne en Serbie, et de M. Ruben FUKS, président de la Fédération des communautés juives de Serbie.

img4612|center>

Photos : Zoran Žestić / Tanjug
L’Ambassadeur a rappelé dans son intervention les dangers que représentent les déformations de l’histoire – qui se produisent à toutes les époques et chez tous les peuples –, lorsque le récit historique déformé est utilisé pour rassembler un peuple, de façon souvent artificielle, en l’opposant aux autres. S’enclenche alors une spirale d’incompréhension et de haine, avec pour résultat des guerres ou des catastrophes telle qu’a été la Shoah. Après le conflit, le cercle vicieux risque de se perpétuer avec la négation des responsabilités et le désir de justification. Face à cela, l’examen des faits et le partage de l’approche scientifique permet de lutter contre ces dérives et de retrouver une approche commune.

L’Ambassadeur a salué la participation au séminaire des enseignants en histoire désireux d’apporter aux jeunes les connaissances qui leur permettront « d’acquérir des repères historiques solides leur permettant de se forger un esprit critique et de devenir des citoyens actifs et responsables au service de la paix et de l’avenir ». Elle a également salué l’engagement des ministères de l’éducation des quatre pays représentés et a remercié le Mémorial de la Shoah pour l’excellence de sa démarche scientifique et pédagogique ainsi que pour la continuité de sa coopération avec les pays de la région.

Dernière modification : 21/10/2016

Haut de page